Catégorie : Entrepreneuriat

Rencontre avec Alix Leroy

25 ans – Graphiste, illustratrice et décoratrice événementiel au Studio Hörtie

 

En quoi consiste ton métier de freelance ?

Je crée des supports de communication (flyers, cartes de visites, logo…), des illustrations (au trait et vectorielles) ainsi que de la décoration événementielle pour les professionnels (soirées, design de vitrines…) et les particuliers (mariages, baptêmes, anniversaires). Enfin, je propose aussi du conseil pour les pros et les particuliers pour établir leur stratégie de marque, car je me suis rendue compte qu’il y a beaucoup d’entrepreneurs qui se lancent dans leurs projets mais qui ne sont pas forcément accompagnés en terme de communication !

 

Peux-tu nous décrire ton univers artistique ?

Je le décrirais comme doux, pastel (ce qui donne ce côté un peu “girly”), scandinave, assez minimaliste. J’aime ce qui est organisé, assez carré !

 

 

Quand as-tu commencé ton activité ?

J’ai commencé en 2014, un an avant la fin de mes études. J’ai eu la chance d’avoir une grosse commande de la part d’Hachette qui a permis de booster mon activité. Puis, en 2015, j’ai obtenu mon diplôme de directeur artistique et j’ai poursuivi mon activité. A partir de ce moment-là, je me suis donnée un an pour voir ce que le métier de freelance allait donner (pour en vivre, toucher de nombreux clients…) et faire le point. J’adore mon boulot, il me permet cette liberté que je n’aurais pas forcément en travaillant dans une agence. Et je me suis créé mon rythme : j’aime travailler tôt le matin jusqu’en milieu d’après-midi, le but étant d’être efficace, de remplir mes commandes et surtout de satisfaire mes clients ! Finalement après avoir faire le bilan de mon activité au bout d’un an, je me suis sentie super épanouie et fière de voir que mon activité s’était bien développée. Donc j’ai continué !

 

Pourquoi avoir choisi le statut de freelance ?

J’avais le choix entre créer mon propre studio ou travailler en agence (ce qui impliquait peu de postes disponibles, partir à Paris…). La question ne s’est donc pas vraiment posée, c’était naturel pour moi de travailler en tant qu’indépendante. Cela ne m’empêche pas d’être freelance à la journée de temps en temps pour des agences. Après, il ne faut pas oublier que ce statut demande à avoir la tête sur les épaules et ne pas oublier non plus que l’argent qui rentre sert aussi à payer les charges. Pour ma part j’ai fais le choix d’avoir un comptable pour me permettre de me libérer l’esprit sur l’aspect juridique.

 

 

Quelles sont tes perspectives d’avenir ?

A moyen terme j’aimerais développer davantage le studio. J’ai fais un appel récemment pour trouver un binôme et partager le travail, j’ai rencontré  deux personnes talentueuses et j’ai hâte de voir ce que ça donnera sur le long terme. Le rêve ultime serait d’avoir pignon sur rue avec une partie atelier et une partie vente de papeteries.

 

Où aimes-tu travailler quand tu n’es pas à ton studio ?

Le Livr’Ô Thé, bien sûr ! 🙂 J’aime aussi aller chez Glaz, Maison Grimaud et au LU (car je peux voir les expositions en même temps). Je vais en général une à deux fois par semaine travailler à l’extérieur et sinon je propose aussi du coworking chez moi pour les freelance (le lien du groupe Facebook est à la fin de l’article).

 

Comment te sens-tu en tant que femme entrepreneure ?

Pour moi c’est gratifiant d’être une femme entrepreneure,  j’ai d’ailleurs pu remarqué que mon réseau était quasiment essentiellement féminin. En tant que femmes entrepreneures, nous sommes tournées  vers les autres et aimons l’échange, l’entraide.Nous nous conseillons et nous soutenons pour faire bouger les choses. Les réseaux sociaux facilitent les rencontres ! Je suis fière de me dire qu’à 25 ans j’ai monté ma boite, que j’ai pris des risques en toute conscience et seule. Je me sens épanouie et je n’ai aucuns regrets. J’ai l’impression d’être une meilleure personne car je suis plus tournée vers les autres et vers de nouvelles valeurs. Contrairement au cliché du freelance, je ne suis pas dans ma grotte, enfermée avec pour seule compagnie ma suite Adobe , je rencontre beaucoup de monde grâce à mon travail !

Je n’ai pas eu de difficultés à trouver des clients, le bouche à oreilles à bien fonctionné. En plus, un client satisfait, c’est un client qui recommande ! Parfois il y a un peu plus de problèmes avec les “grosses boites” qui ne comprennent pas que je ne suis pas leur employée. J’apprends à être plus ferme et à oser dire non quand je sais que je ne pourrais pas effectuer le travail proposé. Il ne faut pas avoir peur de refuser, c’est important de s’affirmer.

 

 

Qu’est-ce qui t’anime dans ton travail ?

Ce que j’adore c’est le côté humain de mon métier, comme un défi : comprendre ce que veulent les clients, ce dont ils  ont besoin et trouver une solution pour les aider à avancer. Faire avancer les projets et les rendre meilleurs. Je veux que mes clients soient contents de montrer ce qui a été fait. C’est un privilège pour moi de pouvoir créer quelque chose de concret qui sort de mon esprit, cela me donne un sentiment de satisfaction et de gratitude quand le projet voit le jour.

 

As-tu une personne qui t’inspire en particulier ?

À chaud ce n’est pas forcément une personne (bien qu’il y en ai des milliers !) mais plutôt une marque, et notamment la marque de vêtement et accessoires  Des Petits Hauts. Elle m’étonne car elle sait se renouveler constamment tout en gardant son univers et en le développant avec brio sur tous ces supports.

 

 

Si tu avais un conseil à donner à quelqu’un qui veut se lancer, que serait-il ?

Je dirais qu’avant de se lancer il faut prendre le temps d’évaluer tous les facteurs nécessaires à la réussite. Il faut savoir où l’on va, même s’il y a des imprévus, afin de se sentir paré pour s’ajuster en cas de besoin. Quelque soit l’importance ou l’envie, il est important de préparer sa trajectoire. Enfin je pense qu’il est essentiel de connaître ses qualités, savoir s’entourer, accepter l’aide des autres et savoir déléguer.

 

Pour la retrouver :

FB : https://www.facebook.com/studiohortie

SITE : http://www.studiohortie.com

GROUPE FB COWORKING : https://www.facebook.com/groups/coworking.studiohortie

PHOTOS DE L’ARTICLE : © Florian Riou

Un grand merci à Alix, qui au passage est la graphiste de notre vitrine ! 🙂

On espère que ce premier portrait d’entrepreneur vous aura plu et inspiré.

 

Belle semaine,

Edwige & Marie

Semaine 7 – Les rendez-vous

En tant qu’entrepreneur, on rencontre régulièrement du monde pour présenter son projet et se faire connaître.

Notre expérience nous a permis de mettre en place des petites astuces pour préparer ces rencontres !

 

 

Les rendez-vous administratifs auxquels vous serez confronté(e)

Banque, comptable, organisme d’accompagnement, organisme pour une garantie bancaire, juriste, investisseurs, partenaires, fournisseurs, futurs associés …

 

Lors du rendez-vous

Notre check list pour un rendez-vous :

  • Business Plan (en version papier) et éventuels documents en lien avec le projet ;
  • Ordinateur (pensez à un diapo de présentation) ;
  • Des questions préparées, claires et concises pour avoir une réponse directe de l’interlocuteur. Pourquoi pas faire une fiche avec tout ce qu’il faut demander (en plus c’est apprécié, vous donnerez la sensation d’être impliqué(e) et préparé(e) !) ;
  • Du papier et un crayon pour prendre des notes, essentiel ! ;
  • Une tenue confortable et pourquoi pas vous créer votre propre “uniforme” spécial rendez-vous, comme ça vous n’aurez pas à chercher longuement comment vous habiller le jour-J. Dans tous les cas, il n’est pas utile de se “déguiser”, restez vous-même !

 

Avant le rendez-vous

  • Répétez les points clefs de votre projet au préalable si besoin (avec un proche ou seul(e)), cela permet de minimiser les bafouillements ou hésitations et réfléchissez aux questions pièges que l’on pourrait vous poser ;
  • Si vous êtes plusieurs dans le projet, il est important d’avoir le même “discours” et être coordonnés (se faire un brief si besoin) ;
  • Renseignez-vous sur les termes techniques ou vocabulaire spécifique pour ne pas vous sentir submergé d’informations lorsque l’interlocuteur les évoquera ;
  • Prenez des renseignements sur vos futurs interlocuteurs ;
  • Regardez à l’avance la localisation du rendez-vous si vous ne connaissez pas l’endroit, il est plus apprécié d’arriver avec un petit peu d’avance (après c’est à vous de voir selon votre organisation, parfois il est utile d’arriver avant l’heure pour ne pas se sentir stressé(e)) ;
  • Préparez votre sac et votre tenue la veille (un gros gain de temps pour le lendemain !).

 

notre expérience : Durant les périodes ou rendez-vous stressants nous utilisons les huiles essentielles pour nous relaxer, notamment la lavande en diffusion, et des “cures” d’huile essentielle de saro (une goutte sur les poignets pendant une semaine tous les mois).

 

Le plus important : créer votre réseau !

  • Profitez des événements organisés par la CCI de votre région (réunions d’informations, business speed meeting), salon des entrepreneurs, petit-déjeuner BNI, meet-up … pour rencontrer d’autres entrepreneurs, professionnels et potentiels clients. Donnez toujours votre de carte de visite lorsque vous rencontrez un contact intéressant !
  • Lors de rendez-vous, essayez de rencontrer les personnes en dehors de leur milieu professionnel et plutôt dans les lieux neutres (à part, bien évidemment, s’il s’agit de la banque ou comptable par exemples) ;
  • Il existe aussi des groupes sur les réseaux sociaux qui regroupent les entrepreneurs ;
  • N’hésitez pas à mettre vos cartes de visites dans des lieux où il y a du passage (CCI, BGE, commerces, pépinières …) ;
  • Entretenez vos relations à vos futurs partenaires : pensez à donner des nouvelles sur l’avancée de votre projet, demander de leurs nouvelles, intéressez-vous  à ce qu’ils font en ce moment (réseaux…) et tenez-vous informé(e) de leur actualité (pourquoi pas leur laisser des petits messages sous leurs posts …).

 

Les lieux à Nantes testés et approuvés pour …

Travailler seul(e) ou à plusieurs :

  • LE LIVR’ Ô THÉ : pour travailler au calme, dans un lieu inspirant par sa déco et son atmosphère (et ses deux patronnes pleines d’idées !).

Nous avons mis en place une formule coworking à 3,90€/heure et 14,90€/jour (comprenant place assise, prises et wifi) pour la journée du mercredi (de 9h à 17h). Les consommations éventuelles ne sont pas comprises. Profitez de cette journée pour faire des rencontres entre entrepreneurs ! C’est l’un des buts de notre démarche 😉 

 

  • GLAZ : pour un matin en douceur, la vue sur une rue calme et une ville qui s’éveille et l’ouverture dès 8h.

 

Les déjeuner professionnels :

  • MAISON GRIMAUD : pour sa formule abordable et délicieuse le midi, on se sent workinggirl/boy par l’ambiance et on repart avec des choux plein les yeux.

 

Les rendez-vous :

  • Le Livr’ Ô Thé (et oui, encore ! ;))
  • ESPÉRANCE CAFÉ : pour savourer de délicieux cafés qui éveillent les sens, avec une vue sur la Loire qui crée une rencontre particulière avec votre interlocuteur.

 

PS : Si vous restez plusieurs heures, n’oubliez pas de prendre une consommation régulière, c’est plus respectueux lorsque l’on va dans des petits commerces 😉

On espère que nos conseils vous inspireront !

 

Bon dimanche,

Edwige & Marie

Semaine 6 – Business model : le bilan du Business Plan

Maintenant que votre Business Plan est rédigé (ou presque), nous allons faire un petit point sur le Business Model. Le but de ce document est de “schématiser” votre projet et d’y voir plus clair lorsqu’il faut le présenter ou en discuter avec vos interlocuteurs ! Ainsi ils pourront cibler de suite ce qui les intéresse.

Il y a neuf pôles à identifier pour construire votre Business Model :

 

1/ Le client type

A quoi ressemblera votre client type ?

  • sexe
  • tranche d’âge
  • CSP
  • centre(s) d’intérêt(s)
  • type de personnalité

Il est complémentaire de l’offre. Le client est réceptif ou non à l’offre et en fonction il faut adapter l’offre au client. Mais l’offre dépend aussi du type de client.

notre expérience : Nous nous imaginions une femme entre 18 et 50 ans, dynamique, curieuse, qui aime prendre du temps pour elle, mère de famille et s’intéressant à la culture.

Finalement, nous accueillons plutôt des femmes actives, majoritairement entrepreneurs et de toute tranche d’âge. Il y a aussi plus d’hommes que ce que nous avions prévu !

Nous souhaitions devenir un lieu culturel mais nous nous sommes rendues compte que nous devenions un lieu pour travailler et se retrouver en famille ou entre amis.

 

2/ Offre

Dans cette partie, écrivez les valeurs que vous souhaitez transmettre à vos futurs clients ainsi que toutes les offres de votre entreprise. Elles doivent être adaptées au type de clientèle ciblée, et donc elle doit être modulable selon votre client type.

notre expérience : Au départ, nous avions prévu de nombreuses activités autour de notre librairie – salon de thé : ateliers (littéraires, créatifs, artistiques et de bien-être) ; expositions d’artistes de la région nantaise ; dépôt-vente d’objets et de gourmandises ; petite restauration le midi ; brunch.

Après un an d’ouverture, tout à bien changé ! Nous avions vu trop « grand », notre engouement n’était pas tout à fait le même que celui de nos clients. Par conséquent, nous avons supprimé petit à petit certains pôles de notre activité principale (ateliers, exposition, petite restauration), pour les remplacer par d’autres qui correspondent plus à ce que nous sommes aujourd’hui (formule coworking (mettre un lien), blog entrepreneuriat) mais surtout qui intéressent davantage notre clientèle.

Ces changements sont également le résultat de nombreuses déceptions et attentes quant à certains partenaires. En effet, la question de l’argent est tabou dans le milieu professionnel et certains s’imaginent qu’on peut tout obtenir sans rien donner en retour. C’est notre business, nous avons appris à être plus fermes et plus exigeantes.

 

3/ Canaux de distribution

Par quel biais allez-vous exercez votre activité et comment allez-vous l’intégrer dans la routine des clients ? (boutique physique, boutique en ligne, application mobile, indépendant, etc…).

 

4/ Relation client

Quelles sont les actions que vous allez mettre en place pour fidéliser votre clientèle ? (réseaux sociaux, événements, renouvellement de produits, etc…).

notre expérience : Dès le début de notre projet, nous avons rapidement créé notre page Facebook afin de se faire connaître. Il était important pour nous de partager cette année de création et cela nous a aussi beaucoup aidé pour la campagne de crowfunding. Notre compte Instagram est né pendant cette période et nous a permis de partager plus de choses sans « spammer » nos abonnés. Contrairement à Facebook où il faut faire plus attention aux heures de publication, au rythme des posts.  Notre site internet a ouvert en même temps que la boutique car il était important d’avoir une vitrine sur internet.

 

 

5/ Source(s) de revenu(s)

Dans chaque activité de votre entreprise, faites une grille de tarifs qui permettra d’évaluer votre chiffre d’affaires global, pour pouvoir miser sur ce qui rapportera le plus.

 

6/ Ressources

Les ressources sont tout ce qui est nécessaire pour réaliser votre projet, qu’elles soient physiques (personnes qui y travailleront), humaines (savoir faire) ou encore financières (pour votre apport : argent perso, crowdfunding, etc…).

 

7/ Activités

C’est en relation avec les sources de revenus.

 

 

8/ Partenaires

Notez vos partenaires clés et vos fournisseurs.

 

9/ Structure des coûts

Identifiez vos coûts fixes, vos coûts variables; quels sont les plus importants ? Pour cela, aidez-vous de ce qui a été fait précédemment dans votre Business Plan.

notre expérience : Le business model nous a aidé lorsque nous nous sentions trop éparpillées. Nous nous y référions pour nous recentrer et faire le point sur notre projet, rajouter des idées si nous en avions des nouvelles et ainsi, affiner le projet.

 

Si vous avez un bureau, n’hésitez pas à l’afficher pour le consulter rapidement !

La semaine prochaine nous vous donnerons quelques clefs pour préparer vos rendez-vous professionnels !

Edwige & Marie

Semaine 5 – Le business plan (partie 2)

Dans l’article précédent (lien), nous avons commencé à vous parler du Business Plan. Dans cette seconde partie, nous allons aborder les points qui concernent davantage l’administratif !

 

 

Stratégie commerciale

Dans cette partie, il s’agit de définir votre positionnement commercial. En particulier votre valeur ajoutée par rapport au marché existant. Indiquez les valeurs que vous souhaitez transmettre et valoriser (par exemple pour nous : faire perdurer les livres par l’occasion).

Cette stratégie passe aussi par votre politique de communication. Il est important de savoir comment vous allez communiquer sur votre entreprise, vous faire connaître et parler de vous. Cela peut se faire à travers les réseaux sociaux, le site internet, la presse, la communication extérieure (cartes de visite, flyers, …), le financement participatif ou encore par le biais des partenaires et des prescripteurs.  

Dans tous les cas, il est essentiel de se créer un réseau avant la concrétisation finale de votre projet, d’en parler au plus grand nombre afin de la faire connaître. Vous gagnerez en visibilité et peut-être de nouveaux clients et partenaires !

 

Moyens humains et logistiques

Identifiez vos réseaux et partenaires selon le(s) pôle(s) de votre entreprise. Notez-y toutes les personnes que vous avez rencontré et avec lesquelles vous pensez travailler, ce sera une liste non-exhaustive puisque votre projet va aussi évoluer au fil du temps.

Dans un deuxième temps, listez les moyens incorporels de votre entreprise. Ce sont tous les frais immatériels tels que le droit au bail (pas de porte, frais d’agence, caution, …), les frais de constitution (frais de création, …) et les frais de publicité et prospection (communication, inauguration, …). Vous pouvez commencer par faire un tableau provisoire des coûts de chacun pour anticiper le travail à faire avec la BGE (lien) ou la MCTE (lien) ensuite.

Puis, faites la même chose pour les moyens corporels. Il s’agit ici de tous les frais matériels (mobilier, déco, électroménager, matériel informatique, voiture, travaux, …). Évaluez le coût de chacun, puis le coût global (incorporels + corporels).

Une fois ces calculs effectués, essayez d’imaginer la future organisation de votre entreprise, en commençant par l’organisation hebdomadaire pour chaque activité de votre future entreprise (horaires de travail, tâches administratives, de logistique, de communication, …). Si vous êtes plusieurs dans l’entreprise, voyez comment vous pouvez répartir le travail entre chacun.

notre expérience : Nous avons défini des tâches pour chacune ainsi qu’un moment pour l’administratif, mais une fois dans le vif du sujet, nous n’avons pas suivi cette répartition. Les choses se sont faites spontanément. Dès que nous avons un peu de temps, nous faisons certaines des tâches. Chaque “pause” de notre journée est utilisée à cela. Tout se fait au fil de la semaine et non condensé en une matinée ou journée, c’est notre manière de travailler et dans laquelle on se sent le plus efficace.

Il y a également l’organisation interne, cela concerne tout ce qu’il faut faire pour chacun des pôles de votre entreprise. Par exemple pour le salon de thé, nos tâches sont : prendre la commande, préparer les boissons et/ou pâtisseries, gérer les stocks, etc…

Mais aussi, un petit tableau concernant votre potentielle rémunération (soyez les plus réalistes possible !).

 

 

Juridique, fiscal et social

Réfléchissez à la forme juridique de votre entreprise, il en existe de très nombreuses mais voici les plus communes (plus d’infos et de comparaisons : https://www.afecreation.fr/pid1627/comparaison-rapide.html&tp=1) :

  • micro-entrepreneur et EIRL : entrepreneur individuel et indépendant, “petite activité” (pas plus de 33 200€ si activité de services et 82 800€ pour une activité commerciale), les biens personnels sont confondus avec les biens professionnels ;
  • EURL : comme une SARL mais avec un seul associé, capital social à définir selon l’activité et l’associé unique est engagé à hauteur de ses apports ;
  • SARL : minimum deux associés (égalitaires ou majoritaire-minoritaire), capital social à définir selon l’activité, cotisations sociales chaque trimestre même si vous ne vous vous versez pas de salaire (forfait établi par le RSI, mais à voir les modalités de la nouvelle réforme en janvier 2018),
  • SAS : un président et un directeur général, capital social à définir selon l’activité, pas de cotisations sociales mais uniquement quand un salaire est versé (charges un peu plus élevées que pour la SARL : attention à avoir la trésorerie nécessaire pour payer les charges l’année suivante, le RSI comptabilise à N-1).

Pour les sociétés, il y a obligation d’avoir un comptable. Concernant les micro-entrepreneurs, la dénomination va changer et une loi est en train de passer concernant la TVA, le chiffre d’affaire maximum et la gestion par un comptable (autour de janvier 2018).

Dans cette partie, réfléchissez également au capital et à votre apport.

Au niveau fiscal, si vous avez des connaissances à ce sujet, vous pourrez savoir quel régime conviendra à votre entreprise (réel ou réel simplifié) ainsi que votre régime d’imposition (IS, IS réduit, impôt sur le revenu). Le mieux est d’en discuter avec un(e) expert comptable, un(e) avocat(e), un(e) juriste… Ce ou cette professionnel(le) saura vous orienter.

Enfin, la partie sociale concerne votre statut (et celui des autres créateurs s’il y en a avec vous) dans l’entreprise. Votre statut se définira en fonction de vos attentes vis-à-vis de l’entreprise, de son évolution et de ce que vous souhaitez en faire.

 

Dossier financier

Dans cette dernière partie du Business Plan, il va s’agir d’estimer la vente des produits ou services. Vous pourrez calculer provisoirement le panier moyen, le prix de vente moyen de vos services ou produits, le nombre de clients par jour et par mois… Vous y ferez aussi un tableau prévisionnel de votre évolution. Ce dossier financier se fait de préférence avec un organisme qui sera capable de vous aiguiller sur les chiffres.

Cette partie concerne aussi votre chiffre d’affaire, plan de financement, emprunts, besoin en fond de roulement, trésorerie, rentabilité, etc … Soyez réaliste dans vos prévisions, n’en faites pas trop, ni trop peu. Ce sont des calculs très fastidieux et qui doivent être précis, d’où l’intérêt de se faire aider (sauf si c’est votre travail à la base ou que vous vous y connaissez !).

 

 

Aides et Financements

Nous ajoutons cette catégorie pour vous donner quelques pistes d’organismes qui pourront vous aider dans le financement, ce sont ceux que nous connaissons et que nous avons côtoyé pendant la création ! Cette liste est non-exhaustive, il y en a bien d’autres en fonction du type de projet.

Prenez aussi des renseignements directement auprès des banques pour connaître leurs attentes lors de la présentation finale de votre future entreprise pour un prêt. Vous pourrez aussi savoir si votre projet est viable ou ce qu’il faut y modifier pour le concrétiser.

  • FONDES : prêt d’honneur personnel et garantie bancaire à hauteur de 70% pour les femmes → FGIF et 65% pour les hommes jusqu’à 45 000€ remboursable entre 2 et 5 ans ; donne une possibilité à la prime régionale sous conditions (nous avons bénéficié de cette organisme pour augmenter notre apport et nous permettre de faire un prêt bancaire).
  • ADIE : micro-crédit jusqu’à 10 000€ pour les personnes ne pouvant pas avoir de prêt bancaire, qui sont allocataires des minima sociaux ou demandeurs d’emplois.
  • INITIATIVE NANTES : prêt d’honneur personnel entre 2 500€ et 16 000€ remboursable entre 2 et 5 ans.
  • BPI : aide au financement des entreprises (certaines banques le propose directement)
  • RÉSEAU ENTREPRENDRE : prêt d’honneur entre 15 000 et 50 000€ remboursable sur 5 ans, accompagnement par un chef d’entreprise bénévole pendant et après la création jusqu’à 18 mois après, création d’emploi dans les 3 ans.
  • PÔLE-EMPLOI : débloquer le capital avec les indemnités ARE ou les garder pour les premiers mois de la création au lieu de se verser un salaire.
  • CAF : RSA pour travailleur indépendant à partir de 25 ans + prime d’activité.
  • ACCRE : exonération des charges sociales la première année sous conditions : être au RSA, demandeur d’emploi, avoir entre 18 ans et 26 ans…
  • Financement participatif : Ulule, KissKissBankBank, Leetchie, Business Angels…

 

notre expérience : Nous avons rapidement été voir des banques pour avoir des renseignements et des réponses à nos questions. Et dans un deuxième temps, nous sommes retournées les voir avec le Business Plan. Grâce à une directrice d’agence, nous avons pu nous rendre compte de la réalité quant à une demande de prêt et de recherche de local. A cette époque nous voulions nous installer dans un local avec un pas de porte exorbitant (mais qui ne nous paraissait pas insurmontable à la base). Cette personne nous a conseillé de chercher un autre local dans un quartier qui correspondait plus à notre activité et de ne pas nous lancer dans un prêt aussi élevé pour ce genre d’investissement. Les banques sont de plus en plus réticentes à l’idée de financer des pas de porte (ce qui est tout à fait logique).

Pour notre apport, nous avons fait le crowdfunding (nous vous en parlerons bientôt) et nous sommes passées par le FONDES pour obtenir un prêt d’honneur et consolider notre apport à la banque.

 

On espère que ces deux parties sur le Business Plan vous aideront à réaliser votre dossier et à concrétiser votre projet ! Le tout est de connaître son projet dans les moindres détails et d’y croire, vous verrez que les autres vous suivront 🙂

Edwige & Marie

Semaine 4 – Le business plan (partie 1)

Cette semaine, abordons ensemble les points importants pour un Business Plan réussi !

Cette thématique sera divisé en deux parties. Tout ce qui va suivre est fait pour vous aider dans la rédaction, n’oubliez pas que faire un dossier final avec un professionnel (CCI, BGE, association, organisme privé…) est fortement apprécié et recommandé.

 

 

Le Business Plan : qu’est-ce que c’est ?

C’est un dossier qui présente votre projet dans sa globalité. Vous en aurez besoin pour vous présenter à des investisseurs, banques ou autres organismes en fonction de votre projet. Il pourra aussi vous servir de base et de référent pour votre future entreprise.

 

1/ Introduction du projet

Il s’agit ici de faire un résumé de votre projet dans ses grandes lignes pour que votre interlocuteur sache brièvement en quoi il consiste. Dans Semaine 2 : Développer l’idée, nous vous avons donné quelques conseils à ce sujet.

C’est ce qui sera lu en premier dans votre Business Plan, il faut donc donner envie au lecteur, lui donner un intérêt à poursuivre la lecture et s’intéresser à ce que vous souhaitez créer !

 

2/ Présentation du porteur de projet

Dans cette partie, vous allez parler de vous (et des autres personnes qui travaillent sur le projet s’il y a). Vous y indiquerez votre nom, prénom, date de naissance, mais également votre situation actuelle, vos expériences professionnelles et personnelles acquises, ainsi que vos atouts et compétences qui seront utiles à l’entreprise (voir Semaine 1 : Questionnement sur soi-même).

 

3/ Description des activités et des perspectives d’activités

Décrivez l’activité principale ou chacune des activités que constituera votre entreprise à son démarrage. Aidez-vous de votre brainstorming, nous en avions parlé dans l’article de la Semaine 2. Puis, essayez de voir à long terme (dans les deux-trois ans à venir puis au-delà des trois premières années) ce que vous aimeriez proposer en plus ou ce que vous aimeriez faire évoluer. Car le but c’est aussi cela quand on se lance dans l’entrepreneuriat : voir à long terme et sans cesse se renouveler. Cette partie permet également de montrer votre motivation et votre ambition à la personne qui lira votre Business Plan.

 

 

4/ Le marché et ses tendances

Place à l’étude de marché ! Vous le savez peut-être déjà, mais lorsqu’on se lance dans la création d’un nouveau concept, il est conseillé de faire une petite “enquête” pour évaluer la demande et le potentiel de votre activité. Cette étude de marché vous permettra d’être plus crédible face à vos interlocuteurs, d’évaluer provisoirement votre chiffre d’affaire et donc la viabilité de votre projet.

Dans un premier temps, vous pouvez faire un court questionnaire pour connaître les besoins de votre future clientèle et le relayer sur les réseaux sociaux, les forums ou encore par mail à votre entourage ou connaissances. A la CCI de votre ville, vous pouvez y retrouver un Centre de Documentation avec des fiches métiers pour savoir si votre activité fonctionne en ce moment, à quel endroit, de quelle manière, etc. Sur le site de l’AFE, il y a également des informations.

Puis, il va être nécessaire d’identifier le lieu d’implantation de votre activité et sa zone de chalandise en fonction de la clientèle ciblée. N’oubliez pas la concurrence, l’observer peut vous aiguiller à ce niveau. Dans tous les cas, il faudra savoir quels sont vos concurrents, leur activité dans sa globalité et leurs points forts et points faibles. Pensez à vous rendre sur place ! Vous pouvez aussi faire un petit tableau récapitulatif de tous vos concurrents, il vous permettra d’argumenter vos atouts auprès des investisseurs.

Si vous avez besoin de faire appel à des fournisseurs, listez-les. Il est important de rencontrer les personnes avec qui vous souhaitez travailler, afin de discuter des possibilités et savoir s’il y a le feeling entre vous.

Enfin, n’oubliez pas les prescripteurs, ceux que vous rencontrez pour des rendez-vous, lors de réunions, meetings ou salons et qui pourront potentiellement parler de votre projet à d’autres. Vous pourrez ainsi vous faire votre petit réseau et votre carnet d’adresses. L’entrepreneuriat est fait pour rencontrer et s’enrichir de ces rencontres !

 

notre expérience : Dès le départ, nous sommes allées sur le “terrain” et avons arpenté les rues de Nantes pour savoir dans quel quartier nous aimerions nous installer. Nous avons aussi tout de suite regardé autour de nous s’il y avait des concepts similaires à celui que l’on souhaitait faire et nous avons pris contact avec eux.

En ce qui concerne les fournisseurs, nous les avons choisi en fonction de nos valeurs et de ce que l’on souhaitait transmettre à travers Le Livr’Ô Thé. Nous avons toujours fait au feeling et étions d’accord sur nos propres ressentis. Nous les avons rencontré, nous avons discuté avec eux et partagé nos points de vues et nos idées. Pour nous, ce fût de superbes et enrichissantes expériences, tant professionnellement que personnellement.

De notre point de vue, nous pensons qu’il est préférable de rechercher ses partenaires avant de démarrer l’entreprise. Au niveau logistique c’est plus simple et c’est en rencontrant d’autres personnes que le projet de création d’entreprise s’enrichit.

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez besoin de contacts en particulier !

 

 

Pour terminer, nous avons récemment lancé notre offre de coworking qui commencera le 8 novembre, tous les mercredis seront dédiés à cette nouvelle formule. Ce sera aussi pour nous l’occasion de vous aider dans vos projets si vous le souhaitez. Contactez-nous si vous souhaitez plus d’informations !

 

Bon courage dans la rédaction de cette première partie du Business Plan !

On se retrouve dimanche prochain à 17H pour la seconde partie. Après ces articles assez denses, on passera sur un sujet plus léger pour faire le point et parler bien-être !

Edwige & Marie 

Semaine 3 – Créer son espace de travail et organiser sa journée

Vous voilà lancé(e) ! Maintenant, place à l’organisation pour gérer et optimiser votre temps au mieux !

Les conseils qui vont suivre sont basés sur notre manière de travailler, nous sommes des femmes assez “carrées” et organisées. Pour nous, il est important d’optimiser l’espace de travail afin de se sentir efficace dans son projet, mais cela ne s’applique pas à tout le monde.

Peut-être que si vous êtes “désordonné(e)”, il y a quand même quelques conseils qui vous aideront !

 

 

L’espace de travail

Quelques conseils que nous avons appliqué :

  • Travailler sur un bureau pour différencier le lieu de travail et les lieux de détente dans la maison ou appartement,
  • Privilégier un espace désencombré, aéré, calme, bien éclairé avec une vue sur quelque chose qui plaît, sauf si vous aimez travailler dans un endroit dense !
  • Avoir crayons, carnets, feuilles, ordinateur, portable, à boire et à manger à disposition pour ne pas se déplacer sans cesse ou trouver des excuses pour quitter son espace de travail,
  • Mettre quelques effets personnels pour se sentir bien : bougies, plantes, tableaux ou photos d’inspiration,
  • Toujours avoir son agenda d’ouvert (qu’il soit papier ou numérique) pour noter les futurs rendez-vous ou démarches à effectuer.

notre expérience : Nous avions toujours avec nous une feuille avec les objectifs les plus importants à réaliser par jour et/ou par semaine. Nous travaillions chacune chez nous et pour être plus efficaces et échanger plus facilement, nous étions en FaceTime toute la journée (même si nous ne parlions pas tout le temps !). Nous utilisions aussi Google Drive pour partager et rédiger. Nous nous accordions des petites pauses dès que nous en ressentions le besoin (pause café, détente…). Et nous nous voyions minimum une fois par semaine pour des rendez-vous, travailler à l’extérieur (on vous partagera des adresses dans un futur article) ou discuter de notre avancée dans le projet.

Pour nous il était important de se voir et d’être en contact régulièrement, c’était notre manière d’être le plus efficace possible !

 

Une journée type durant notre création D’ENTREPRISE

Nous nous étions donné des horaires type “bureau” du lundi au vendredi pour se créer un rythme de travail et se laisser une large plage horaires pour réaliser nos objectifs journaliers ou hebdomadaires. Cela évite de se laisse submerger par la quantité de choses à faire, et surtout au démarrage du projet. Nous nous accordions le week-end pour faire une pause.

 

FaceTime – à notre bureau – pour un petit récap’ de la journée à venir.

Lorsqu’une tâche est accomplie, rayez-la, cela permet de mieux visualiser l’avancée et de s’encourager à chaque nouvel objectif atteint. Il est important de se fixer des deadlines (même si elles ne sont pas toujours respectées), elles permettent de se motiver et d’apprendre à tenir des délais.

notre expérience : Dans notre cas, des objectifs se sont prolongés sur plusieurs semaines voir plusieurs mois à certains moments, notamment lors de la recherche du local. Entre-temps nous accomplissions de plus petits objectifs, mais qui nous permettaient de nous motiver et de ne pas rester “bloquées” sur le local.

Ou si nous avions un rendez-vous extérieur l’après-midi, nous préparions les documents ou questions nécessaires. En général nous prévoyions une (ou plusieurs, si besoin) journée(s) dans la semaine dédiée(s) aux rendez-vous extérieurs afin d’optimiser les déplacements et le temps.

Conseil bien-être : Diffuser de l’huile essentielle de lavande ou de laurier noble une dizaine de minutes pour se détendre et commencer la journée sereinement. Vous pouvez aussi faire quelques respirations conscientes et boire une tasse de citron chaud/gingembre.

Livre, testé et approuvé : Je suis happy !

 

C’est l’heure de la pause déj’ !

Le moment pour penser à autre chose et pourquoi pas se cuisiner un bon petit repas. Faites des pauses régulièrement pour vous aérer l’esprit, permettre à de nouvelles idées d’émerger ou avoir un nouveau point de vue sur ce que vous avez fait dans la matinée.

Idée déjeuner

Recette de buddha bowl aux saveurs automnales :

  • lentilles corail pour le fer et la vitamine B
  • patate douce pour les vitamines A et C
  • brocolis pour le fer, le zinc et sa vertus antioxydante
  • fenouil pour sa vitamine C et son petit goût anisé
  • oignons
  • aiguillettes de poulet ou pour une alternative végétarienne du tofu à l’ail des ours
  • assaisonnement pour relever le tout (ail, échalote, curry, gingembre, paprika et/ou herbes de Provence)

Tout cuire séparément et les disposer joliment dans un bol.

Bon appétit !

Livre, testé et approuvé : Le Grand livre Marabout de la Cuisine Facile

 

Le moment de se remettre au travail !

notre expérience : Soit nous continuions de travailler chez nous l’après-midi, soit nous nous voyions pour discuter, pour des rendez-vous professionnels, réunions (CCI, MCTE, BGE) ou rencontres avec des créateurs. C’est durant cette période là que nous avions rencontré par exemple Johanna d’Ô Bocal, Morgane qui était en création autour du café, Patrice d’Espérance Café, Alix de Studio Hörtie, Marion & Ivan de Choc’ Hola, Loïc & Constantino, Carole de Maison Germain et bien d’autres. Ces journées étaient toujours riches en échanges et partages.

Généralement, nos journées étaient rythmées de la même manière avec plus ou moins d’intensité selon l’avancée des différentes étapes de notre projet (recherche du local, campagne Ulule, collecte de livres, banque, fournisseurs et partenaires, etc…).

 

Fin de journée !

notre expérience : Parfois nous finissions à 17H ou d’autres fois, bien plus tard, en fonction du travail à effectuer et des urgences à gérer. Nous faisions un petit bilan de fin de journée pour voir tout ce qui avait été fait et ce qu’il restait à faire pour le lendemain ou les autres jours de la semaine.

Nous profitions des fins de journées pour se reposer ou faire des activités autres ! La vie sociale et familiale est importante, ne les laissez pas de côté durant le projet, même si parfois on a très envie d’avancer et qu’on ne pense qu’au travail. Surtout lorsqu’il s’agit de la création du nôtre 😉

Conseil bien-être : après avoir été assis(e) toute la journée à un bureau ou à courir partout, faire des petits exercices d’étirement ou des massages plantaires permet de libérer toutes les tensions de la journée et se sentir plus léger.

Chaîne youtube testée et approuvée : Chrystel Mulan, Qi Gong et Arts Energétiques

 

Et vous, où en êtes-vous dans votre projet ? 🙂

Nous vous souhaitons bon courage et rendez-vous la semaine prochaine, on parlera business plan !

Edwige & Marie

Semaine 2 – Développer son idée

Vous êtes prêt(e) à vous lancer dans cette superbe aventure entrepreneuriale ? (cf. semaine 1)

Cette semaine nous allons voir avec vous quelques étapes pour développer votre idée !

 

 

Écrire L’IDÉE 

Sur une feuille de papier ou sur votre ordinateur, essayer de résumer en quelques mots le concept que vous souhaitez créer. Ce sera une première ébauche de votre travail sur laquelle vous pourrez vous appuyer pour poursuivre.

Par la suite, pensez à identifier votre rôle dans votre future entreprise. Est-ce que vous serez seul(e) ? Est-ce que vous serez à deux ? Est-ce que l’idée vient de vous ou vous a été suggéré par quelqu’un ? Y-a-t-il une personne (femme ou homme) avec qui aimeriez-vous tenter l’aventure entrepreneuriale ?

Être le seul maître à bord permet de diriger son projet d’entreprise comme on l’entend et d’y apporter uniquement ce que l’on souhaite. Certains projets ne nécessitent pas non plus d’être à plusieurs et peuvent se monter seul sans difficultés.

Être à deux permet d’échanger des idées, de les faire évoluer plus facilement. Une personne peut aussi apporter des compétences que l’autre n’a pas. Néanmoins, il faut avoir confiance en l’autre et le connaître suffisamment pour que ce soit un atout dans le projet et qu’il n’y ait pas de problème de communication.

notre expérience : Depuis le début nous avons chacune tenu un “carnet de route” pour noter notre projet, ainsi que toutes les étapes de son évolution. Nous notions aussi toutes les idées qui nous venaient à l’esprit et les comptes-rendus des rendez-vous pour faire évoluer notre concept et compléter les notes de l’autre.

Concernant notre binôme, depuis le départ nous savions que notre projet de création d’entreprise se ferait ensemble. Nous nous connaissons depuis dix ans et c’était une évidence pour nous deux de le faire à deux, nous partageons les mêmes aspirations et souvent les mêmes idées. On se connaît suffisamment pour éviter de discuter des heures et devoir s’entendre sur certains points. L’idée de l’une peut compléter celle de l’autre et inversement, chez nous c’est brainstorming à tout moment !

On dit souvent qu’être deux à l’avantage d’être plus motivant lorsque l’une des deux partenaires se sent démotivé. Pour nous ce n’est pas le cas, on partage souvent les mêmes émotions et il faut se remotiver ensemble ! Mais au-delà de cela, il est plutôt facile pour nous de communiquer et de faire fonctionner notre entreprise.

 

 

CRÉER UN BRAINSTORMING

Votre concept, dans ses grandes lignes, est maintenant écrit. Vous pouvez alors noter tout ce qui vous vient à l’esprit lorsque vous l’imaginez (activités, adjectifs, valeurs…). Laissez toutes les idées venir sans les juger, vous y reviendrez sur chacune après avoir fini le brainstorming. Si besoin, vous pouvez aussi faire des planches inspiration sur Pinterest pour vous aider et stimuler votre imagination !

notre expérience : Toutes les idées nous sont venues assez facilement pour créer notre projet. Bien entendu, tout s’est affiné au fil du temps, et certaines idées du départ ne nous convenaient plus quelques semaines après. Il faut savoir s’écouter et suivre ses envies au fil de la création d’entreprise.

 

 

PARLER DU PROJET AUTOUR DE VOUS 

Dans l’article précédent, nous vous avions parlé de l’importance du soutien de l’entourage pour se lancer dans l’entrepreneuriat, mais il est également là pour savoir si votre projet plaît, développer de nouvelles idées et lui donner une nouvelle dimension. Cela permet d’éviter de se lancer dans une mauvaise voie, bien qu’il ne faut pas oublier que votre projet doit surtout avoir un intérêt pour vos futurs clients.

Malgré tout, n’oubliez pas que votre projet est le VÔTRE. Vous pouvez accepter les suggestions de votre entourage, mais c’est à vous seul(e) qu’appartient les décisions finales. N’essayez pas de faire ou d’approuver des choses pour faire plaisir, mais faites-les uniquement si vous pensez qu’il y a du potentiel derrière. Suivez votre ligne directive pour éviter de vous éparpiller !

notre expérience : Nous avons toujours su écouter les suggestions de notre entourage, des organismes d’accompagnement ou rencontres faites pendant le projet. Néanmoins, sans s’en rendre compte, nous avons laissé filer certaines idées que nous avions au départ pour les remplacer par d’autres qui nous ont apporté moins de satisfaction. C’est pour cela, qu’après un an d’ouverture, il était temps de faire le “tri” et de renouer avec ce qui nous avait donné envie de nous lancer au départ. On veut souvent faire au mieux pour convenir à une majorité de personnes, mais finalement, si tout est brouillon et ne reflète pas nos envies, il faut penser à se recentrer !

 

 

IDENTIFIER LES TENDANCES DU MOMENT 

Pensez à regarder si votre projet existe déjà et dans quelle ville, pour savoir comment se démarquer des autres. N’hésitez pas à vous rendre dans les lieux concernés et identifier les points forts et les points faibles de chacun ! Tout diffère selon la nature de l’entreprise (commerce, freelance, nouvelles technologies, etc…). Certains concepts sont plus dans l’air du temps que d’autres, il faut réfléchir à comment s’adapter par rapport à la future clientèle et lui donner envie.

Pour finir, nous aimerions revenir sur un point essentiel : chaque projet est unique ! On peut avoir les mêmes idées de concept, proposer les mêmes produits ou services, avoir la même charte graphique, presque le même nom, etc… Néanmoins, tout ce que vous dégagez à travers votre entreprise sera propre à vous. C’est votre personnalité qui s’y reflète.

notre expérience : Nous recevons souvent des mails de personnes qui ont le “même” projet que nous ou qui souhaitent créer le “même” concept que nous car ils adorent le lieu ou aiment ce qu’on y propose. Mais ce ne sera jamais la même chose, le même concept que le nôtre. Il y a mille et une façons de faire, c’est justement ce qui donne tout l’intérêt à un projet d’entreprise et qui permet de se différencier !

 

On espère que cet article vous aidera à développer votre idée et vous donnera matière à réflexion 🙂

Joli fin de week-end à vous,

Edwige & Marie

Semaine 1 – Questionnement sur soi-même

Quand on souhaite entreprendre, un grand nombre de questions nous traversent l’esprit, mais certaines sont plus importantes que d’autres et on est là pour essayer de vous guider !

 

 

Pourquoi l’entrepreneuriat ?

C’est la toute première question que l’on s’est posé.

Plusieurs cas de figures se présentent : vous êtes salarié(e) et vous avez l’envie de vous reconvertir ; vous êtes demandeur d’emploi et vous ne savez pas vers quel emploi vous orienter ; vous sortez des études et vous ne trouvez pas votre premier emploi (c’était notre cas) ; vous avez envie de réaliser votre rêve ou tout simplement de devenir votre propre patron, …

notre expérience : Nous avons arrêté nos études de Lettres et de Psychologie et avons recherché pendant quelques mois un premier emploi ou une formation pour affiner nos projets professionnels. Suite aux difficultés rencontrées, nous avons décidé de nous recentrer sur un projet qui nous tentait depuis longtemps (la création d’une librairie d’occasion et salon de thé) et créer notre premier emploi.

 

Est-ce le moment pour entreprendre ?

Avant de nous lancer dans l’entrepreneuriat, nous avons pris en compte différents paramètres.

Le premier point important : l’entourage. N’hésitez pas à leur parler de votre idée dès le départ, de vos interrogations, de votre envie de vous lancer et de leur demander leurs avis. Il est primordial de se sentir soutenu(e) pour oser et se lancer.

Le second point : les moyens financiers. Avez-vous la possibilité de vous laisser le temps d’entreprendre et de vous lancer (entre le moment où vous débutez votre projet et le moment où vous faites de vrais bénéfices pour vous verser un salaire) ?

Une création peut prendre quelques mois comme plusieurs années selon le temps et l’énergie qu’on lui accorde. Par exemple, si vous avez une famille, est-il possible de modifier votre train de vie ? Votre conjoint peut-il subvenir partiellement aux besoins de la famille ou devez-vous trouver un travail en parallèle ? Si vous êtes seul(e), avez-vous de l’argent de côté ? Et si vous êtes jeunes, vos parents peuvent-ils vous aider ?

L’idéal est d’être pleinement dans son projet (sans avoir de problématiques autres qui pourraient générer un stress et un manque de motivation pour concrétiser sa création) afin de s’en imprégner et d’avoir le temps pour toutes les démarches.

Enfin, êtes-vous prêt(e) à avoir plusieurs “casquettes” dans votre entreprise (chef d’entreprise, comptable, serveur, libraire, commercial, cuisinier, vendeur, caissier, conseiller clientèle, communication, …) ?

Dans tous les cas, il faut rester lucide sur la réalité de l’entrepreneuriat : beaucoup de travail, des hauts et des bas, de la patience mais c’est une expérience enrichissante ! N’oubliez pas que lorsque l’on fait quelque chose que l’on aime et qui nous motive, la réussite est souvent au rendez-vous !

 

notre expérience : Nos familles nous ont toujours soutenu du début du projet à l’ouverture de la boutique, tant moralement que financièrement (nous n’avions pas d’aides de Pôle Emploi, ni de la CAF, mais nos familles étaient d’accord pour que l’on soit pleinement dans le projet sans un travail à côté).  Il était important, pour nous, de les avoir à nos côtés lors des moments de réussite comme des moments de doutes. Comme nous sommes jeunes et sans contraintes familiales, c’était d’autant plus facile de se lancer. Concernant les “casquettes”, nous étions conscientes de la réalité et nous n’avions pas peur de toucher à tous les domaines.

 

 

 

 

Quelles sont vos attentes et que souhaitez-vous transmettre ?

Faites une liste de ce qui vous paraît important dans le travail et ce que vous souhaitez y retrouver (la liberté, l’épanouissement, un bon salaire,…).

Cette liste peut évoluer ou être complétée au fil du projet, il ne faut pas hésiter à la relire lors des moments de doutes ou simplement s’y référer lors d’une prise de décision.

Si vous n’avez pas de but précis ou de valeurs spécifiques à partager en créant votre entreprise, pas de panique, tout viendra au fil de la création et/ou après.

Enfin, différenciez vos attentes et celles des autres personnes que vous connaissez ou que vous rencontrerez. Les Autres peuvent être un pilier comme un “ poison “, ils peuvent être un soutien et un générateur d’idées ou au contraire vous envahir avec leurs opinions et peuvent déstabiliser vos intimes convictions.

 

notre expérience : Nous nous sommes toujours dit que si trop de questions nous venaient à l’esprit, ou si nous avions trop de doutes ou de peurs quant à notre projet, ce n’était peut-être pas le moment d’entreprendre. Notre intuition nous a été très importante et nous a guidé vers nos véritables aspirations.

Nous avons rencontré beaucoup de monde pendant notre projet, qui ont boosté nos idées, mais il a fallu faire attention à ne pas s’égarer et toujours rester dans notre ligne directive. Depuis l’ouverture de notre boutique, on poursuit dans cette voie.

 

 

 

 

Évaluez vos points forts !

Dans un premier temps, nous avons listé nos expériences professionnelles et diplômes pour identifier celles/ceux qui avaient un intérêt pour notre projet, mais également celles/ceux dont nous aurions besoin pour notre future entreprise.

Dans un deuxième temps, on peut aussi définir ses qualités, comme par exemple le contact humain, le sens de l’organisation, la gestion administrative, la créativité, l’adaptabilité, savoir oser, la capacité à gérer seul(e)… 

Dans un troisième temps, identifiez les contacts intéressants pour votre projet. Ils peuvent être dans votre entourage (connaissances, amis, famille, …) ou des personnes qu’il faudra rencontrer.

Si vous êtes en panne d’inspiration, demandez à votre entourage car parfois ils voient ce que vous ne voyez pas !

 

 

Évaluez vos points faibles !

Vos traits de personnalité : l’impulsivité, être désordonné, manquer de créativité, asociabilité, …

Vos peurs : prise de risque, concessions financières, répondre au téléphone, relancer, manque de confiance en soi, timidité face à des inconnus (pour présentation du projet), savoir dire non, …

Identifier ses points faibles, ce n’est pas se dévaloriser mais savoir où sont ses lacunes et sa marge de progression. Ce sera d’autant plus simple de les surpasser.

 

notre expérience : Nous n’avions pas spécialement d’expériences professionnelles, mais nous avons su surpasser cette lacune en ayant une maîtrise complète de notre projet. Nous pouvions ainsi prouver que l’on pouvait y arriver et se présenter aux professionnels avec crédibilité.

 

Une entreprise est un travail à plein temps où il faut sans cesse se renouveler et ne pas rester sur ses acquis, du début projet et encore plus une fois le lancement fait. Il est primordial d’être en accord avec soi-même et ses valeurs.

Nous espérons que ces premiers conseils vous aideront à débuter votre projet. N’hésitez pas à nous mettre en commentaire vos questions ou vos partages d’expérience sur ce sujet 🙂

A la semaine prochaine,

Edwige & Marie

Créer son entreprise en 31 semaines

Bonjour !

Nous sommes Edwige & Marie, 26 ans et 25 ans, et sommes les créatrices et co-gérantes du Livr’Ô Thé ! Suite aux très nombreux mails que nous recevons depuis le début de notre projet il y a deux ans, nous avons décidé de nous lancer dans un blog sur l’entrepreneuriat.

Ce blog a pour objectif d’aider les futurs entrepreneurs dans la création de leur projet d’entreprise en donnant quelques astuces, ainsi que nos expériences personnelles et professionnelles ! Il y aura un article chaque dimanche sur 31 semaines. N’hésitez pas à interagir dans les commentaires 😉

On se retrouve donc dimanche à 17h pour notre premier article.

Edwige & Marie